`
Le 12 mai 

CHUT

F. DE CHAILLE

Danse week-end

Travailler la chute aujourd’hui, et le silence, est une façon pour Fanny de Chaillé d’interroger la fragilité humaine, la fragilité de l’époque et le motif de l’illusion théâtrale. Émerge ainsi d’un « paysage » virtuel un homme, seul, flottant dans l’immensité d’un tapis chatoyant aux plis et replis irréguliers et aux ondulations promptes à le déséquilibrer. Tantôt pathétique, tantôt drôle il s’effondre encore et encore, se relève toujours, mais va-t-il parvenir à rester debout ? Par le truchement de l’illusion d’optique (une création anamorphique) et le travail sur la résistance du corps au vide (Grégoire Monsaingeon, poète perdu dans les nuages d’altitude), Fanny de Chaillé joue avec le relief comme une magicienne. Sa chorégraphie du vertige est un exercice poétique et sensible, muet et musical qui nous entraine vers des cimes inconnues. Une autre manière de rêver le monde ?

Un projet de - Fanny de Chaillé
Interprété par - Grégoire Monsaingeon
Installation visuelle - Nadia Lauro
Composition Son - Manuel Coursin
avec la participation de Grégoire Monsaingeon, Pierre Lachaud et Geneviève Brune
Lumières - Mael Iger
Production et diffusion - Isabelle Ellul
  • horaires
  • vendredi 12 mai 20h30
Les spectacles à venir
PRODUCTION CHÂTEAUVALLON

Ziryab

Produire, coproduire c’est accompagner les artistes dans leur démarche de création à travers des résidences, de la mise à disposition de lieux de travail, de l’accueil technique et financier.
Produire, coproduire, c’est aussi partager des aventures humaines et artistiques, tisser du lien entre le public et les artistes qui deviennent de vrais compagnons de route.
Chaque année, Châteauvallon-Scène Nationale accompagne plus d’une vingtaine de spectacles. Aujourd’hui, il s’agit de près d’une quarantaine de spectacles coproduits par Châteauvallon-Scène nationale qui sont présentés dans toute la France et à l’international chaque saison.

Daniel San Pedro a plusieurs fois expérimenté le mélange des cultures qu’il aime confronter, comme une invitation au voyage et à la poésie. Cette fois, il met en scène la biographie du musicien irakien Abu el-Hassan Ali ben Nafi, écrite comme un conte des mille et une nuits par Jesus Greus, historien et artiste espagnol. Daniel San Pedro franchit siècles et continents pour aller à la rencontre du surnommé Ziryab, et raconter son fabuleux périple jusqu’à Cordoue. Cette histoire vraie, récit à deux voix et en musique pourrait commencer par « Il était une fois à Bagdad »… La création aura lieu à Casablanca et la première en France à Châteauvallon où le projet est né sous forme de lectures en appartement dans les quartiers, les centres sociaux et les lycées.
Le spectacle est donc un retour à la source, mais aussi l’aboutissement du propre voyage de Daniel San Pedro, metteur en scène et interprète. Il a traversé la Méditerranée, travaillé avec Fatym Layachi et Mhamed El Menjra, mêlé le Français, l’Arabe et l’Espagnol aux sons de la musique Arabo-Andalouse inventée par Ziryab. Tout un symbole.